COMPETENCE

COMPETENCE :

- Notion : La notion de « compétence » doit être distinguée de celles de « qualification » ou de « capacités ». Elle met en interaction un sujet et une situation (il n’y a pas de compétence décontextualisée). Cette situation peut-être de nature professionnelle et/ou formative. Mais la compétence n’est pas réductible au savoir, ni même au savoir-faire. La compétence n’est pas un statut. Elle est toujours finalisée et contextualisée en « savoir agir en situation » et elle constitue donc un processus itératif et évolutif plutôt qu’un état. D’où la notion de « formation tout au long de la vie ». La reconnaissance des compétences peut déboucher sur la qualification (par validation ou par certification : V.A.E., C.Q.P…). Les savoir et savoir-faire n’acquièrent le statut de compétences que lorsqu’ils sont communiqués et échangés, ce qui nécessite la mobilisation combinatoire de capacités théoriques, pratiques, procédurales, expérientielles  et sociales. L’émergence d’une compétence induit donc des qualités d’ordre cognitif (se représenter une situation pour la comprendre), prévisionnel (anticiper), décisionnel (identifier les décisions à prendre), et normatif (se doter d’une représentation souhaitable de la situation à atteindre). L’intuition opérationnelle, issue notamment de l’expérience, peut toutefois permettre à certains dans certaines situations, de se passer de représentation formelle.

- Traduction et utilisation institutionnelles : la notion et/ou le qualificatif de compétence(s) sont désormais utilisés dans de nombreux dispositifs, parmi lesquels il convient de citer : la « Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences » (GPEC), la « GPEC » territoriale(GPEC-T), les « bilans de compétences », les « compétences-clés », le « socle de connaissances et de compétences »,  les « blocs de compétences »…